“As you are falling, your sense of orientation may start to play additional tricks on you. The horizon quivers in a maze of collapsing lines and you may lose any sense of above and below, of before and after, of yourself and your boundaries”

—Hito Steyerl, In Free Fall: A Thought Experiment on Vertical Perspective

Une Chambre Noire Black Artists Union

A Dark Room(Une chambre noire) prend la forme de deux miniséries qui examinent la représentation Noire dans la cinématographie, par l’expression personnelle et le récit. Ces vidéos seront lancées successivement sur une base hebdomadaire. En parallèle à la série de films, A Dark Room (Une chambre noire) sert comme endroit pour l’intersection et le discourt sur le film Noir et le média Noir pour la communauté Noire ; A Dark Room (Une chambre noire) nous offre une archive en ligne créée par et pour la communauté, pour que nous puissions contrôler le narratif en documentant nos propres expériences. Seulement les membres de la communauté Noire auront accès à cette section du site et auront l’opportunité de faire un lien et d’intégrer leur contenue, formant donc une archive approvisionnée par ses usagers.


La première série vidéo, The Body Talks and I’m listenin’ (Le corps parle et j’écoute), comprend deux vidéos : l’une qui capture la vie nocturne homosexuelle et Noire de Toronto avec un caméscope, l’autre prend la forme de « Thriller », un montage de vidéoclips qui font figure de Black Wimmin en train d’exécuter des danses populaires, appropriées par la culture dominante. Malgré l’influence extrême de la culture Noire sur la culture dominante, tant en ligne qu’hors ligne, cet apport est formulé largement comme étant une culture « Américaine/Canadienne ». La communauté Noire est rarement accréditée et n’en tire bénéfice que peu fréquemment. Nous désirons inonder les espaces en ligne avec les créatrices de ces styles de danse, avec la vie nocturne homosexuelle, avec la culture homosexuelle et le voguing, parmi d’autres.


La deuxième série, I Declare This Meeting of The Midnight Society Closed (Je déclare la présente séance de La société de minuit levée), contient deux vidéos ; les deux œuvres soulignent l’acte de raconter, comme manière d’apprentissage de nos histoires et de notre lignée ancestrale. Les histoires Noires sont autrement inédites, ou effacées par le colonialisme. Une vidéo honore le labeur des Black Wimmin, dont les efforts sont normalisés au point d’un effacement individuel. On accorde les titres de gardienne et protectrice aux Black Wimmin, tandis que leurs individualités, leurs rêves, leurs aspirations et leurs occupations sont oubliés.


La dernière vidéo est en dialogue direct avec The Body Talks and I’m listenin’ (Le corps parle et j’écoute), mais elle est beaucoup plus fantastique ; elle prend la forme d’un collage composé d’histoires différentes, celles-ci fournies par la communauté Noire. Cette vidéo utilise les expériences vécues pour faire le commentaire sur l’individualité, brisant les perceptions monolithiques de l’identité Noire. 


***


Coïncidant avec l’exposition en ligne de Black Artist Union’s, 

A Dark Room (Une chambre noire), la Gallery 44 présentera une projection de films suivis d’une discussion, le 16 aout | 18h à 21h30. La BAU présentera leur série web créée pour A maze of collapsing lines (Un labyrinthe de lignes en effondrement) ainsi qu’un film, de production noire, choisi par l’audience. Une période de questions suivra cette programmation. Nous offrirons de la nourriture et des rafraichissements. Cet évènement est offert au public gratuitement, l’enregistrement n’est pas nécessaire. Pour plus d’informations, SVP envoyé un courriel à sophia@gallery44.org.

"Liver Nights" Jem Baptiste, 2019

"every time we get some, here y'all come trying to steal it"

Sylvia Limbana, Zoma Maduekwe, 2019

"summ-one", Oreka James, 2019